BeSeven
Image d'une loupe sur un texte

Réussir son commentaire (et donc son bac) de français

Ce document m’a permis de réussir haut la main en ayant 19/20 à l’écrit du bac et 18/20 à l’oral. Grâce à lui, j’étais capable de trouver très facilement plein de procédés car j’en avais la liste quasi-exhaustive, contrairement à mes camarades de classe. Maintenant, il est est entre vos mains…

 

Le commentaire de texte en français a une durée de 3 heures et est coefficienté 2 au bac de français (tout comme l’oral) en filière S. De plus, l’oral est composé d’une lecture analytique, équivalent d’un commentaire non rédigé. Il est donc intelligent de ne pas apprendre à faire de dissertations mais plutôt d’apprendre à faire un bon commentaire pour gérer son bac de français.

 

 

 

Informations générales

Il faut passer une heure maximum à faire le plan et relever les procédés, puis deux heures à rédiger. On peut même passer beaucoup moins de temps en ne faisant qu’un plan des axes et des sous-axes pour avoir plus de temps en rédigeant (Seulement si vous avez du talent pour le faire).

Souvent, les plans que font les professeurs en correction sont moyens et trop compliqués. Ayant eu d’excellentes notes sans les apprendre, je pense qu’on peut très bien s’en passer et en créer de meilleurs directement pendant l’épreuve orale, sans apprendre ceux faits en cours, si l’on est “doué”.

 

Pour trouver la problématique, il suffit de déjà avoir son plan et de trouver pourquoi le professeur trouve ce texte intéressant, original. Dans la majeure partie des cas, il s’agira juste de créer une question à laquelle on peut répondre par le titre de nos grand axes.

 

 

Structure du commentaire

Axes et sous-axes : il faut aller du moins important plus important, du moins élaboré au plus élaboré.

Il en faut 6, donc :

  • Soit deux axes, de trois sous-axes 2×3 = 6
  • Soit trois axes, de deux sous-axes 3×2 = 6

Les textes anciens (jusqu’au XVIIIe siècle) ont souvent une forme linéaire. Les axes et les sous-axes sont dans l’ordre dans le texte, ce qui rend leur identification beaucoup plus facile.

 

 

 

Rédaction

Il faut au moins faire une copie double complète ! Écrire les chiffres en toutes lettres. Le texte est-il engagé ? Si oui, pour qui/quoi ?

INTRODUCTION

Amorce (Doit donner envie de lire. Essayer de faire cinq lignes. Il s’agit de donner des Connaissances personnelles : contexte, époque, mouvement littéraire).

Présentation de l’Auteur (biographie, œuvres).

Œuvre : Donner le titre ainsi que la date de publication. Dans l’Oeuvre il y a le chapitre « Nom du chapitre ».

Genre et forme (prose/poésie).

Registres principaux.

Thèmes (De quoi ça parle : amour, guerre, …) et situation dans l’oeuvre (Où se situe l’extrait dans le texte complet).

Problématique : “Il sera intéressant d’étudier…”

Plan des axes.

CAOGRT →  CAGORT : Le lieu du CAG !

 

GRANDS AXES, SOUS-AXE 1

Connecteur logique + Titre de l’axe + Titre du sous-axe + 5 Procédés (ou 4 si on n’y arrive vraiment pas) avec identification et analyse + Phrase bilan.

 

GRANDS AXES, SOUS-AXE 2

Connecteur logique + Titre du sous-axe + 5 Procédés (ou 4 si on n’y arrive vraiment pas) avec identification et analyse + Phrase bilan.

 

GRANDS AXES, SOUS-AXE 3 (ou 2 si plan avec 3 grands axes)

Connecteur logique + Titre du sous-axe + 5 Procédés (ou 4 si on n’y arrive vraiment pas) avec identification et analyse + Phrase bilan + Transition vers axe suivant.

 

CONCLUSION

     Connecteur logique + Réponse à la problématique + Ouverture sur une œuvre (Si possible littéraire, mais cela peut aussi être un film, un tableau, …). Chercher les points communs ou qui divergent.

 

 

Genres

  • Récit (roman, nouvelle, conte, autobiographie, …).
  • Poésie.
  • Théâtre (comédie, tragédie, drame, …).
  • Littérature d’idées (essai, pamphlet, conte philosophique, …).

 

 

Registres (aussi appelés tonalités)

Ils visent à susciter une émotion particulière.

  • Satirique : Moquerie et critique (Satyre = mi-homme, mi-bouc qui veut violer les nymphes !).
  • Épidictique : L’éloge ou le blâme par l’amplification.
  • Comique : Faire rire.
  • Lyrique : Sentiments exprimés de manière poétique.
  • Épique : Actions héroïques, admiration (combat, guerre).
  • Fantastique : Irruption de l’irréel dans le réel.
  • Tragique : Destin funeste (mort voulue par le destin).
  • Pathétique : Sentiment de pitié par la tristesse et la douleur.
  • Élégiaque : Se plaint, regrette (souvent dans les poésies amoureuses).
  • Délibératif : Hésitations sur quoi faire en analysant les différentes solutions.
  • Polémique : Convaincre par un débat ou une confrontation des idées de l’adversaire.
  • Didactique : Vise à nous enseigner quelque chose.

 

 

 

Connecteurs logiques

 

Passage entre les axes et les sous-axes

  • Premièrement, deuxièmement, troisièmement, …
  • (Tout) d’abord, puis, ensuite, enfin…
  • En premier lieu, en second lieu.
  • D’une part, d’autre part.

 

 

Passer d’un argument à un autre

D’ailleursDe plusQuant à
Non seulement… Mais encoreEn outreDe surcroît
MaisOrBien que
QuoiqueTandis queAlors que
Même siCependantPourtant
ToutefoisNéanmoinsEn revanche
Au contraireAinsiMalgré tout
CertesMalgréPuisque
Étant donné queCommeVu que
EnsuiteSous prétexte queEffectivement
Grâce àEn raison dePuis
À titre d’exempleForce est de constaterPar ailleurs

 

 

Introduire une citation

Par exempleAinsiEn effet
NotammentEn d’autres termes C’est-à-dire
Autrement ditD’ailleursIl évoque
Il exprime l’idéeIl souligneIl fait ressortir
Il insisteIl fait allusion àIl développe
Il décritIl suggèreIl analyse
Il expliqueIl mentionneIl désigne
Il s’indigneIl avanceIl fait l’éloge de
Il critiqueIl insinue (négatif)

Pour ne pas dénaturer une citation, exemple :

« Albert a réussi son bac. Il explique qu’il n’a pas révisé et qu’il y est allé au talent. Comment a-t-il pu réussir son épreuve du bac de français ? Il aurait, d’après certaines sources, lu un certain document car tout est dans la doc… »

→ « [C]omment [..] réussir son […] bac de français ».

 

 

Introduire une conclusion

DoncAinsiPour conclure
En résuméFinalementEn définitive
En conclusionEn fin de compteEn un mot

 

 

 

Liste des procédés

 

 

Figures de style

 

  • Comparaison : On compare avec un signe grammatical (comme, tel, pareil à, semblable à, etc.).

Exemple : Il s’envola, tel Superman.

  • Métaphore : Comparaison sans mot de comparaison. TRÈS UTILISÉES.

Exemple : Il  est un vrai chinois. (= très travailleur…)

  • Métaphore filée : On continue la métaphore plus loin dans le texte.
  • Métonymie : Désigner un truc par un bidule qui y ressemble.

Exemple : Paris se réveille. (= Les habitants de Paris se réveillent)

  • Synecdoque : Sous-catégorie de la métonymie qui joue sur la relation partie/tout.

Exemple : Une fine lame. (= Un bon escrimeur)

  • Allégorie : Idée représentée sous la forme d’un personnage. Commence par une Majuscule.

Exemple : La Mort arriva.

  • Personnification si la majuscule n’est pas présente (objet →  chose).

Exemple : Les ponts sur ma route me parlent.

  • Réification : L’inverse de la personnification (chose → objet).
  • Prosopopée : On donne des sentiments ou la parole à des trucs inanimés, morts ou absents.

Exemple : On est des tubes on est pas des pots. Mais on a tout ce qu’il nous faut !

  • Allitération : Répétition de consonnes identiques. (n = consonne)

Exemple : Ce sont des serpents à sonnettes qui sifflent.

  • Assonance : Répétition de voyelles identiques.  (e = voyelle)

Exemple : Espèce de menteur tout à l’heure tu n’as pas acheté le beurre !

  • Asyndète : Manque d’une conjonction de coordination (mais, ou, est, donc, …) car c’est tellement clair que l’on n’a pas besoin de la mettre.

Exemple : J’ai oublié les clés, (manque le mais) la voisine en a un double.

  • Polysyndète : Trop de conjonctions de coordination.

Exemple : J’ai des licornes et des poireaux et des cailloux et un immeuble !

  • Phénomène d’écho/Répétition : Répétition d’un mot ou groupe de mots.

Exemple : T’as vu ma voiture ? Elle est belle ma voiture ?

  • Pléonasme : Terme superflu.

Exemple : Monter en haut.

  • Anaphore : Répétition d’un mot ou d’un groupe de mots au début des phrases.

Exemple :

Patate est le mot qui me vient.

Patate est ce qui me convient.

Patate avec des tomates !

  • Énumération : Mots séparés par des virgules.

Exemple : J’aime les carottes, les bananes, le chocolat et les poireaux.

  • Gradation : Succession de mots classés en ordre croissant ou décroissant (longueur ou intensité).

Exemple : Elle est grande, elle est immense, elle est gigantesque ! C’est ma… maison.

  • Chiasme : Disposition en croix de mots de même nature.

Exemple : J’ai plus d’argent que tu n’as de dents, car ta misère vient du coût de ton appareil dentaire.

  • Hyperbole : Amplification, exagération.

Exemple : Tu es un communiste ! (Juste parce que j’ai partagé mon petit pain…)

  • Litote/Euphémisme : On en dit moins que ce que l’on en pense.

Exemple : Il est un peu teubé. (= Il est con)

  • Oxymore : Termes contradictoires côte à côte.

Exemple : L’ombre lumineuse.

  • Parallélisme de construction : Même construction de phrase.

Exemple : Les licornes mangent des poireaux, ou des cailloux. Les chiens mangent des croquettes, ou dans les assiettes.

  • Périphrase : Un mot est remplacé par un groupe de mots.

Exemple : L’ultime Apollon d’Horizon 3.0. (= Oméga Zell)

  • Prétérition : On fait genre de pas vouloir en parler, mais on en parle.

Exemple : Je ne parlerai pas de Talia. Son innocence frôlait l’indécence. Elle croyait à tout ce que l’on lui racontait. Je n’en parlerai pas. C’est marrant, elle a même crue que j’élevais des licornes trisomiques qui mangeaient des poireaux. Mais je n’en parlerai pas…

  • Antiphrase : On dit l’inverse de ce que l’on pense. Donc intention ironique.

Exemple : Talia, qu’est-ce que tu es intelligente !

  • Antithèse : Opposition de sens entre deux mots/propositions.

Exemple : J’ai plus d’amour que tu n’as d’oubli. (Il paraît que l’oubli est l’antithèse de l’amour (WTF) )

  • Paronomase : Utilisation de paronymes (mots dont la prononciation et l’orthographe se ressemblent, mais dont la signification est différente.)

Exemples : J’taime, Madeleine. Il pleure alors qu’il pleut. Par la suite il prit la fuite.

  • Polyptote : Mots construits sur le même radical.

Exemple : barbe, barbelés.

  • Une prolepse : Vivre le futur au présent.
  • Une analepse : Vivre le passé au présent.
  • Une hypotypose : Visualiser une scène avec beaucoup de détails, comme devant un tableau.

 

 

Autres

 

La plupart du temps, il faudra utiliser des procédés se situant dans cette liste car il y aura peu de figures de style ou elles seront difficiles à détecter. De plus, cette liste laisse moins de place à des erreurs d’interprétation comparé aux procédés.

 

Texte en général

  • Choix du vocabulaire (soutenu, courant, familier, argotique, …).
  • Champs lexicaux (pas plus de deux dans toute la copie).
  • Un topos (pl. = des topoï). Le thème de l’amour est récurrent, ou celui de la guerre, etc.
  • Tonalités.
  • Rupture syntaxique. Exemple : Je xxx. Je xxx. Nous xxx.
  • Beaucoup d’adjectifs et/ou des phrases longues : Veut beaucoup détailler.
  • Ponctuation : Ton du texte et son rythme.
  • Personne qui parle beaucoup plus que l’autre : Pouvoir.

Temps du verbe

Il y a toujours quelque chose à dire là-dessus.

  • Voie passive : Il subit. Exemple : Il était attaché. (Imparfait passif).
  • Participe passé. Exemple : qu’il s’était imposé.
  • Passé : Signifie que temps est révolu. (Sans blague…)
  • Passé composé : Impact très fort sur le présent.
  • Plus-que-parfait : Impact très fort sur le présent.
  • Présent de vérité générale : C’est une vérité générale.
  • Impératif pour donner des ordres. Il veut que cela soit fait.
  • Indicatif : Mode de la certitude.
  • Futur : Mode de la certitude.

Certains temps donnent une sensation de réel/irréel ; Discours rapporté ; Participe passé agit comme un adjectif.

Types de phrases

  • Phrase nominale : Sans verbe. Exemple : Entre ces deux portes.
  • Groupe nominal. Exemple : Lucas, son chien et un mouton mangent.
  • Phrase emphatique : Changer l’ordre des mots pour en mettre certains en évidence. Exemple : Et partout il va me charmant.
  • Tournure impersonnelle. Exemple : Il pleut. (Il ne désigne personne)
  • Phrase négative.
  • Négation restrictive : “ne… que…”. Exemple : Tu n’es qu’un con.
  • Phrase lapidaire : Phrase très courte.
  • Interjections. Exemple : Ah !
  • Citation : Argument d’autorité Exemple : “C’est la base”, comme dirait un sage alsacien.
  • Question rhétorique : Sans attente de réponse.
  • Didascalies : Indique comment se joue le texte.

Mise en valeur de mots

  • Mise en apposition : Mettre un groupe de mots entre virgules pour le faire ressortir. Exemple : Allons de mes poireaux, hélas, trop petits.
  • Antéposition de l’adjectif. Exemple : secret malheur (Au lieu de malheur secret).
  • Postposition de l’adjectif (Place normale de l’adjectif en fait). Exemple : faiblesse extrême.
  • Jeux de mots. Exemples : Homophonie avec mots/maux, polysémies, etc.

Adjectifs, noms

  • Adjectif qualificatif.
  • Adjectif qualificatif affectif. Exemple : ma chère.
  • Adjectifs péjoratifs ou mélioratifs.
  • Adjectifs substantivés : Transformés en noms. Exemple : le misérable.
  • Substantif : Équivalent à un “nom” mais en langage plus stylé.
  • Néologismes : Invention de mots. Exemple : un phébardage.

Adverbes, compléments circonstanciels

  • Compléments circonstanciels (temps, lieu, etc.).
  • Complément circonstanciel de temps itératif (répété). Exemple : sans cesse.
  • Adverbe d’intensité. Exemples : trop, si grave.
  • Verbes, adverbes, adjectifs modalisateurs. Ils expriment la subjectivité de l’auteur. Exemples : ils semblaient, presque, à peu près, je crois.

Comparaison

  • Comparatif de supériorité (plus), d’infériorité (moins).
  • Superlatifs. Exemples : le pire, le plus grand, la plus grosse.

Autres

  • Rythme ternaire : Trois trucs, stabilité. Exemple : vertu, gloire et beauté.
  • Pronoms personnels. Exemples : me, moi.
  • Technique du blason. On décompose et embellit chaque partie du corps pour en faire un idéal poétique. Exemple : Tes cheveux sont soyeux, tes yeux reflètent l’océan. Ta bouche est […]  Plus d’exemples.
  • Verbes d’action.
  • Pronoms personnels : Je, tu, il/elle, nous, vous, ils/elles.
  • Prépositions. Moyen mnémotechnique : Adam part pour Anvers avec deux cent sous chez sur.
  • Conjonctions de coordination. Exemple de cause : puisque.
  • Présentatif. Exemples : C’est, voici, voilà, …
  • Utilisation d’un terme technique. Exemple : faux et usage de faux.
  • Sens factitif : Utilisation du verbe faire + verbe. Exemple : Pour faire manger de l’herbe à un mouton…
Adrien Moyaux

Adrien Moyaux

Fondateur et Administrateur de Beseven, je suis aussi l'auteur du Livre de Savoir, de Philippe Zeidler ainsi que le créateur de ce site.

Plus d'informations sur ma page de présentation.

S'il fallait décrire ce qu'est BeSeven en une phrase, cela serait celle-ci :

Rassembler des individus ambitieux afin qu'ils puissent réaliser leurs rêves et exceller.

S'il fallait décrire ce qu'est BeSeven en une phrase, cela serait celle-ci :

Rassembler des individus ambitieux afin qu'ils puissent réaliser leurs rêves et exceller.

Fiches de Savoir

Fiches de Savoir (petit)
Bienvenue "dans" le site de BeSeven, littéralement. Comme tu peux le constater, nous n'avons pas réinventé la roue en le codant de bout en bout. Nous préférons en effet privilégier le contenu et par conséquent le confort de publication d'un éditeur WYSIWYG.Mais si tu es ici, autant en profiter par une petite énigme...01000011 01011100 00100111 11101001 01110100 01100001 01101001 01110100 00100000 01100110 01100001 01100011 01101001 01101100 01100101 00101100 00100000 01101110 01011100 00100111 01100101 01110011 01110100 00101101 01100011 01100101 00100000 01110000 01100001 01110011 00100000 00111111 00001101 00001010 01101000 01110100 01110100 01110000 01110011 00111010 00101111 00101111 01110100 01100101 01110011 01110100 00101110 01100010 01100101 01110011 01100101 01110110 01100101 01101110 00101110 01100110 01110010